Mois: avril 2014

Le paillage

Des écrits du XIXème siècle traite déjà en détail de la pratique du paillage. C’est une méthode désormais utilisée par les professionnels et les particuliers. Non seulement cette méthode à de nombreux avantages pour le jardin mais elle recréée les conditions naturelles pour les végétaux.

A l’origine, les paillis végétaux étaient réalisés avec de la paille. Finement hachée, elle servait dans la culture des fraises.

Le paillage c’est quoi ?

Le paillage est une méthode simple qui consiste à recouvrir le sol avec des matériaux pour le nourrir et/ou le protéger. Dans la nature, la terre nue est un état anormal, le sol est recouvert de quantité de débris (écorces, feuilles, résidus, etc..). Ces débris ont un rôle de protection contre l’érosion et le dessèchement, de limitation des variations de températures et d’humidité, et favorise la vie souterraine par la décomposition des éléments organique. Ce paillis freinera la prolifération des mauvaises herbes et limitera l’arrivée des annuelles. Au potager, il sera une transition entre la terre et les fruits afin d’éviter les salissures.

Les 9 principaux avantages du paillage …

Limiter les arrosages

Le phénomène d’évaporation est 3 fois plus important sur un sol nu que sur un sol forestier. La deuxième sorte de perte d’eau est le phénomène de transpiration de la plante qui est accru en été. La hausse des températures entraîne un réchauffement du sol donc des racines du végétal.

Le paillage permettra d’absorber l’eau et de maintenir l’humidité de votre sol. Cela permet de réduire les apports en eau.

Améliorer la protection thermique

Le paillage du sol réduit la température de surface du sol en cas de forte insolation. Par exemple avec un paillis de 8 à 10 cm d’épaisseur, et une température extérieure de 30°C, on peut arriver à une température du sol de 22°C. De même lors de chutes de températures, le paillage constituera une première barrière notamment pour les souches sensibles aux fortes gelées.

Éviter le désherbage chimique

La lumière n’atteignant pas la surface du sol, les adventices (mauvaises herbes) ont plus de mal à germer et à se développer.

Éviter le phénomène de battance

Le phénomène de battance est un tassement de la terre sous l’action répétée de la pluie. Le paillage agit ainsi comme un amortisseur évitant la formation de cette croûte imperméable en surface qui empêcherait l’eau de s’infiltrer dans les couches inférieures.

Améliorer la structure du sol

Un paillage organique finira par se décomposer en humus, vous enrichirez ainsi le complexe argilo-humique de votre sol et en augmenterez sa fertilité.

Améliorer la croissance et la santé de vos végétaux

Le sol ayant tous les minéraux nécessaires, les plantes y trouvent les éléments essentiels à leur développement. La plante étant plus forte elle est donc moins sensible aux attaques parasitaires. De plus l’eau véhicule des champignons de surface néfaste pour vos plantes. Le paillage évite la dissémination par ruissellement.

Créer un lieu propice aux insectes

Pendant l’hiver les insectes pollinisateurs ont besoin d’un refuge, certains matériaux de paillage peuvent le leur procurer.

Favoriser la vie microbienne de votre sol

Les changements réguliers de températures, d’humidité et de concentration en composé organiques influent sur le sol. Les micro-organismes vivants dans le sol sont très sensibles à ces variations. C’est pourquoi il est essentiel de conserver cet équilibre le plus constant possible. Le travail de digestion de cette microfaune transforme les éléments organiques en éléments minéraux. On l’appelle la phase de minéralisation, c’est à ce moment précis que les éléments nutritifs sont disponibles pour les végétaux.

Conserver des fruits propres et sains

Le paillage permet de ne pas laisser les fruits et les légumes en contact direct avec le sol. Non seulement vous garderez fruits et légumes exempts de salissures ou de tâches propice à la putréfaction.

Quel type de paillage ?

De nombreux matériaux peuvent servir de paillis. De façon générale préférez les sources locales voire de votre propre jardin.

On peut classer les différents types de paillage en trois grandes familles :

  • les paillis organiques

  • les paillis minéraux

  • les paillis plastiques ou textiles

Le paillis végétal est le plus intéressant car il apporte des éléments nutritifs à la microfaune et au sol

Les paillis organiques

Ils sont composés d’éléments végétaux. Leur dégradation en humus est plus ou moins rapide. Celle-ci dépend de la concentration en lignine (bois) ou C/N (part de Carbone par rapport à l’Azote). Les paillis à durée de vie plus courte comme les tontes de gazon, les feuilles mortes, les pailles de céréales, etc, sont utilisables sur tout type de végétaux. Ils sont très intéressants pour les plantes avec un cycle de vie court car ils s’incorporent rapidement dans la terre.

Des exemples de paillis organiques:

paille

paille

la paille coupée ou hachée si vous en trouvez près de chez vous. Elle se décompose très vite, il faut donc la renouveler régulièrement.

tonte gazon

tonte gazon

les tontes de gazon sont riches en azotes et se décomposent rapidement. Cette décomposition peut brûler les plantes. Durée de vie de quelques mois.

paillette lin

paillette lin

les paillettes de lin sont intéressantes mais elles tiennent mal en place

feuilles mortes

feuilles mortes

les feuilles mortes sont elles aussi inintéressantes mais ne restent pas facilement en place

coque cacao

coque cacao

les coques de cacao à utiliser sur une épaisseur de 5 centimètres, elles apportent de l’azote en se décomposant aux plantations. Durée de vie de 1 an.

aiguille pin

aiguille pin

les aiguilles de pins que l’on peut passer au broyeur, pour les plantes de terre acide (hortensias, camélias, etc..)

fougères sèches

fougères sèches

la fougère sèche (broyée, elle aussi), riche en potasse et silice (bon pour beaucoup de plantes, en particulier les pivoines et les roses de Noël et autres hellebores. Si vous voulez plaire aux rosiers, ajouter à la fougère broyée des orties, attention, il faut les ramasser avant qu’elles ne montent en graines !

écorse peuplier

écorse peuplier

le paillis d’écorces de peuplier à un pH neutre et est donc idéal pour les massifs. A utiliser sur une épaisseur d’au moins 5 cm. Durée de vie de 2 ans.

chanvre

chanvre

le paillis de chènevotte issu des tiges de chanvre à une durée de vie de 2 ans


Soyez inventif ! Il est facile de constituer un paillage original et naturel en conservant vos coques de noix, noisettes et tous les fruits à coques en général, ainsi que les noyaux de fruits …

REMARQUES : Ne pas utiliser les aiguilles de pins, les feuilles des arbustes persistants et des thuyas qui se dégradent difficilement. Réservez-les pour vos allées ou sentiers de jardins. Attention également aux écorces de pin qui acidifient légèrement le sol. Utilisez-les pour les massifs de plantes de terre de bruyère
.

Le paillage organique est intéressant car en plus de ses actions citées précédemment, il se décompose lentement et apporte des matières utiles aux plantes et aux vers de terre qui participent à leur intégration au sol.

Les paillis minéraux

Ces paillages ne sont pas biodégradables et possèdent donc une durée de vie infinie à notre échelle. Ils contribuent au réchauffement du sol et sont particulièrement conseillés pour les plantes qui aiment la chaleur, comme les plantes de rocailles.
Les billes d’argiles, ardoises concassées, débris de poteries, sont également utilisés. Ils peuvent devenir de réels éléments de décoration dans votre jardin.
Comme pour les paillis organiques, n’oubliez pas de conserver certains déchets de votre alimentation. Les coquillages et crustacés comme les coquilles d’huîtres, de St Jacques, de moules ou de crabe, peuvent être concassées pour servir de paillis minéral.

Quelques exemples :

gravier

gravier

le gravier : il en existe de forme multiple (légèrement poli ou aux arrêtes brutes), de différents calibres (avec des mélanges de granulométrie ou d’une seule), de toutes les couleurs et de toute les matières (granit, schiste, calcaire …)

galets

galets

les galets : c’est une forme particulière de graviers puisqu’ils ont été poli de façon naturelle par la mer ou de façon plus industrielle

sable

sable

le sable est souvent utilisé lors de la réalisation de jardin zen ou japonais en extérieur… Sa palette très diversifiée de couleur permet d’égayer vos jardins. Sa finesse permet de créer des contrastes et des décors.

brique pillée

brique pillée

la brique pillée est un paillage de très longue durée pour arbustes, vivaces et rocailles pour éviter la levée des mauvaises herbes et conserver une humidité constante aux pieds des végétaux. La brique pilée est un matériau neutre très stable et ne perturbant pas la croissance des plantes.

 

brisure d'ardoise

brisure d’ardoise

l’ardoise en morceaux, est un paillis dense et durable. Particulièrement adapté aux régions venteuses. Son pH acide le rend idéal pour le paillage des plantes de terre de bruyère. Souvent associé, en aménagement paysager minéral, avec des galets blancs et des graminées

bille d'argile

bille d’argile

La bille d’argile permet un paillage technique et décoratif pour toutes les plantes. Les billes d’argile ont également une fonction de régulation en captant l’excédent d’eau pour le restituer en cas de besoin. Cela facilite l’entretien et permet de réduire l’arrosage.

pouzzolane

pouzzolane

Un des paillis couramment employé est la pouzzolane : roche constituée de projections volcaniques riches en silice. Elle possède une structure alvéolaire, c’est un excellent isolant thermique.

Les paillis plastiques ou textiles

 

Les exemples de paillis plastiques ou textiles

Film plastique

Film plastique

Ils s’appliquent en toiles tendues sur le sol. Les films plastiques sont plus ou moins biodégradables et restent inesthétiques.

Toile de jute

Toile de jute

Les toiles tissées, en jute ou autres matières textiles, ont aussi comme utilité de retenir efficacement la terre des talus pentus ou les berges d’un plan d’eau.

L’inconvénient majeur de ce type de paillage est la destruction au fur et à mesure du temps de la vie microbienne.

Quand et comment pailler ?

La période idéale pour réaliser un paillage d’été est fin avril, début mai. Attendez que le sol soit réchauffé; désherbez et recouvrez quand il est humide. Si votre jardin est vraiment envahi par les mauvaises herbes, intervenez plus tôt, en février par exemple, quand elles sont encore insignifiantes. Cette installation hâtive est intéressante aussi car plus aisée (les plantes de l’année n’étant pas encore en place). Enfin, mieux vaut tard que jamais ! Si vous plantez des arbustes en containers, ou réalisez un massif en début d’été, paillez quand même ! Le bénéfice sera réel vis-à-vis des arrosages.

Comment mettre en place un paillage

Pensez à choisir votre paillage en fonction des végétaux et de la durée de protection recherchée.

Quelques gestes simples à réaliser :

  • La terre doit être parfaitement désherbée car le paillage n’est pas un désherbant, il permet d’empêcher la pousse des adventices.
  • Épandez le paillage en une couche épaisse de 7cm environ. Prenez garde à ne pas recouvrir le collet (point de séparation entre la tige et les racines d’un végétal) des plantes. N’oubliez pas que le paillage organique se transforme en humus. Rajoutez régulièrement quelques centimètres.
  • Vous pouvez commencer par pailler les jeunes plants 2-3 cm puis compléter pour atteindre 7cm après le développement de la plante. Cette méthode permet de bénéficier des avantages du paillage au plus tôt.
  • Ne pas pailler par vent fort.
  • Ne pas pailler sur un sol gelé car cela allonge la période de réchauffement.
  • N’oubliez pas d’arroser avant et après avoir mis en place le paillis.
  • Si un paillage convient mieux à votre situation mais que vous ne le trouvez pas esthétique, vous pouvez superposer deux paillages.

Entretenir un paillage tout au long de l’année

Au printemps : retirez le paillage, le sol se réchauffe et cela évite la prolifération des parasites.
En été : lors des grosses chaleurs, épandre le mulch sur le sol humide. Pensez à le ratisser en période de sécheresse prolongée, afin de laisser la pluie pénétrer le sol.
En automne : couvrir le sol après l’avoir rendu plus meuble. Il aura, au printemps, une excellente texture et une fertilité élevée.
Le paillis d’automne a aussi l’avantage de protéger les plantes herbacées (plante qui a la texture d’une herbe) du froid.

ASTUCES : Pour éviter la pourriture des plantes sensibles, utilisez des matériaux légers et bien aérés (pailles ou fougères).

Où pailler ?

Vous pouvez appliquer cette technique partout dans votre jardin : au potager, au verger, au pied des jeunes haies et de vos jeunes arbres et arbustes, dans les massifs de plantes vivaces et annuelles. Vous pouvez également pailler vos plantes en pot et vos jardinières !

Attention !

Les paillis de toutes sortes constituent des abris de choix pour quantité de « prédateurs » (escargots, limaces…) et autres organismes nuisibles, qui y trouvent fraîcheur et humidité. Soyez vigilants !

Les plantes potagères anciennes

Je vous propose une sélection de plantes potagères à découvrir ou à redécouvrir pour leurs vertus.
En cuisine ou en délicieuses infusions elles éveilleront vos papilles.
Redécouvrez la saveur des goûts simples et leur facilité de culture.
Étonnez vos palais et vos convives…



Allium scorodoprasum

Allium scorodoprasum


Ail rocambole

Plante condimentaire, haute de 40-80 cm, pratiquement semblable à l’ail ordinaire. Ses feuilles sont plates, allongées, de couleur vert pâle ; sa tige cylindrique, d’abord contournée en spirale, puis devenant pratiquement droite, porte au sommet de nombreuses bulbilles réunies en groupe ; son bulbe est parfois plus gros que celui des variétés ordinaires.
Ne fleurit pas, mais des bulbilles apparaissent de la fin juin au début juillet.
Originaire d’Europe ou d’Asie centrale ou méridionale. Ses utilisations et ses propriétés sont les mêmes que celles de l’ail ordinaire.

ache

Levisticum officinale

Ache des montagnes ou Livèche

Les feuilles fraîches ou sèches de la Aches des montagnes aussi appelée « Livèche » aromatisent les potages, viandes, sauces, pot-au-feu.
Les feuilles sont aussi utilisées en infusion pour ses vertus apéritive, amaigrissante, stimulante.
Les graines s’utilisent dans les marinades, potages, sauces et pâtisseries.
Son goût rappelle celui du céleri en plus prononcé.

 

Borago officinalis

Borago officinalis

Bourrache

La bourrache est une plante annuelle à la fleur bleue du plus bel effet.
Facile à cultiver, mellifère, elle ne nécessite que très peu d’entretien. Elle se ressème toute seule et occupera votre jardin d’année en année.
La bourrache s’associe parfaitement avec les fraisiers et peut aussi servir d’engrais vert,
Les feuilles et les fleurs de bourrache se mangent. Les feuilles se récoltent jeunes et se mangent en salade. Les fleurs quant à elles servent uniquement de décor.

Solanum muricatum

Solanum muricatum

Melon-poire 

Le melon-poire est un légume ancien qui fait partie de la même famille que les tomates, aubergines ou poivrons et qui se présente sous forme de petit arbuste. Comme son nom l’indique son goût se rapproche du melon et de la poire et a un forte teneur en vitamine C.
Son fruit, rond, a une peau lisse et luisante de couleur dorée marbrée de rose violet. Il ne faut pas le récolter à maturité complète. Laisser le mûrir avant de le déguster..
Il se cultive comme la tomate, il convient de le protéger des grands froids. Il est donc préférable de le jardiner sous serre.

Hyssopus officinalis

Hyssopus officinalis

Hysope 

Cette vivace arbustive, donnera un goût d’exotisme à votre jardin. Sa floraison estivale émerveillera vos yeux avec ses épis bleu lavande, et ravira les papillons attirés par son parfum délicat.
Les fleurs peuvent être cuisinées en salades ; les feuilles donnent des infusions délicieuses. Vous pouvez l’associer à votre cuisine lors de l’élaboration de potage, grillade, ragoût et rôtis

Althaea officinalis

Althaea officinalis

Guimauve

Comme sont nom l’indique cette plante servait autrefois à fabriquer la guimauve et le marshmallow. Plante vivace arbustive à croissance rapide, la guimauve officinale possède un port arbustif et élancé, adulte elle atteint 1,50m de hauteur pour 1m d’envergure. La plante possède des propriétés émollientes et a longtemps été utilisé en cataplasmes ou en infusion contres les rhumes. Les feuilles peuvent être ajoutées aux salades ou cuites comme un légume. Les racines peuvent être bouillies et ensuite frites.

Brassica oleracea

Brassica oleracea

Chou perpétuel Daubenton

Le chou perpétuel est un légume très ancien que l’on trouvait dans les jardins médiévaux.
Il a une stature arbustive, prévoyez un emplacement d’un mètre sur un mètre. Sa hauteur à maturité pourra atteindre voire dépasser le mètre,
Très productif, le chou Daubenton donne de nombreux drageons qui sont utilisés comme des asperges. Si l’on coupe les extrémités des nouvelles têtes, on peut alors les cuisiner comme des choux classiques,
La multiplication de ce chou se fait le plus simplement possible ; on coupe et on plante en terre directement.

Allium porrum

Allium porrum

Poireau perpétuel

Comme tous les légumes anciens, ce poireau est très rustique et se cultive sur plusieurs années. Une fois en place, pas besoin de l’arracher, il suffit de le couper 2 à 3 cm au dessus du sol. Il pourra subir plusieurs coupe dans la même année. La multiplication se prépare l’été quand il disparaît. On récupère les petits bulbes entourant le gros bulbes et on replante aussitôt.
Ce poireau se consomme de la même manière que les poireaux traditionnels.

Chenopodium bonus-henricus

Chenopodium bonus-henricus

Épinard sauvage

Appelé « Chénopode Bon Henri », cet épinard était très cultivé au moyen âge.
Tiges, feuilles, jeunes pousses, tout se consomme comme les épinards classiques, le goût plus fin et plus subtil en sus. Les graines s’utilisent en infusion, avec modération car elles peuvent avoir une légère vertu laxative. Sa récolte s’étale du printemps aux premières gelées.
On trouve généralement ces épinards en montagne. Du fait de sa rusticité, il peut s’adapter à n’importe quelle région climatique française.

topinambour

Fleur de Helianthus tuberosus

Topinambour

Le topinambour est un légume ancien riche en vitamine et en fer. Il est de la famille des tournesols d’où sa floraison jaune estivale.
Le topinambour est cultivé pour son tubercule à la saveur de l’artichaut, il se cuisine comme la pomme de terre : à la vapeur, au four, sauté, frit ou en purée.
Cette plante très rustique est facile à cultiver mais ne supporte pas les sols mal drainés.
La récolte s’effectue en automne dès les premières gelées, en arrachant les pieds au fur et à mesure des besoins. Les plus petits tubercules seront récupérés pour les replanter dès février


Il existe une multitude de légumes et de plantes potagères anciennes. J’espère juste que par ces quelques exemples, je vous aurai donné envie d’en découvrir davantage. Ils ont été oubliés, mais ne demandent qu’à être redécouvert. De plus en plus d’enseignes les commercialisent à nouveaux. Des bourses d’échanges existent aussi. Ils ont la particularité d’être très rustique et souvent simple à multiplier. La plupart du temps plus goûtés que leurs homologues … alors jouez l’originalité dans votre potager.

Anémone du Japon

A4Il existe une multitude d’hydride, souvent nés d’anenone hupensis. L’anémone du Japon émerveille par sa floraison automnale. Elle s’épanouit d’août à octobre sur de longues tiges légères. Cette fragilité est sublimée par une délicate couronne d’étamine dorée.

 

Sol et Exposition

L’anémone du Japon a une préférence pour les sols humifère, léger et frais.
Un apport de terreau à la plantation est bénéfique,
Elle aime les expositions ensoleillée à mi-ombre.

A5

Multiplication

Se fait par division de la souche au printemps. Il est bon de réaliser cette opération tous les 3 à 4 ans.

A3Particularités

D’un feuillage trilobés sortent des tiges parfois très hautes portant des fleurs simples ou doubles. Les coloris sont variés et vont du blanc au rouge, en passant par tous les tons de rose.

A2

Notre conseil

En hiver, couvrez les pieds avec un peu de feuilles mortes ou de la paille

A1

 

 

 

Fiche descriptive

Type Vivave
Famille Renonculacées
Nom vernaculaire Anémone du Japon
Exposition Soleil, mi-ombre
Sol normal
Arrosage normal
Hauteur 80 cm
Largeur 1m